AP 2022

Le gouvernement est en marche pour changer notre modèle social par son programme "Action publique 2022" (AP 2022) : ne le laissons pas faire !


Ci-joint la note interne en date du 27 septembre 2017, adressée aux secrétaires généraux des ministères}} par les services du Premier ministre (SG et France Stratégie) et du ministre de l’Action et des comptes publics (Direction du Budget).

PDF - 83.7 ko
Note interne SG ministères

Contribution du MTES et MCT sur l’organisation territoriale au comité d’action publique 2022

PDF - 407.5 ko
Contribution MTES MCT à CAP 2022

Loi de programmation des finances publiques de 2018 à 2022

Le programme Action publique 2022 a été présenté dans le projet de loi de programmation des finances publiques de 2018 à 2022 (LPFP) et dans une circulaire du Premier ministre datée du 26 septembre 2017.

Objectifs affichés de ce programme de transformation de l’action publique :
- améliorer la qualité des services publics ;
- offrir aux agents publics un environnement de travail modernisé ;
- accompagner la baisse des dépenses publiques (réduction de trois points de la part de la dépense publique dans le PIB d’ici à 2022).

Un Comité Action publique 2022 (CAP 22) a été pour revoir l’ensemble des missions, des politiques et des dépenses publiques et officiellement installé le 13 octobre 2017.Il est présidé par Ross McInnes, président du conseil d’administration de Safran, Véronique Bédague-Hamilius, secrétaire générale de Nexity, et Frédéric Mion, directeur de Sciences Po Paris. Le Comité devra rendre un rapport d’ici la fin du premier trimestre 2018 dans lequel il évaluera chaque politique publique. Il devra identifier les réformes structurelles à conduire ainsi que les économies budgétaires à réaliser de façon significative et durable. Dans sa circulaire, le Premier ministre précise que le Comité pourra proposer des transferts de compétence entre différents niveaux de collectivités, des transferts vers le secteur privé et aussi l’abandon de missions.

Outre la révision des politiques publiques, le programme "Action publique 2022" comprend cinq chantiers transversaux :
- simplification administrative et amélioration de la qualité de service ;
- transformation numérique ;
- rénovation du cadre des ressources humaines ;
- organisation territoriale des services publics ;
- modernisation de la gestion budgétaire et comptable.

Pour recueillir les propositions des citoyens, des forums régionaux des services publics ont été organisés en novembre, décembre 2017 et en janvier, février 2018.

L’organisation de la transformation publique

- Création du Comité interministériel de la transformation publique (CITP) et la suppression du Comité interministériel pour la modernisation de l’action publique, le Cimap (créé en 2012).
- Nomination d’un délégué interministériel à la transformation publique pour préparer les délibérations du Comité interministériel. Le délégué, nommé en Conseil des ministres, coordonne notamment l’action des ministères en matière de transformation publique.
- Enfin, pour accompagner la transformation numérique de l’État, la Direction interministérielle de la transformation publique et la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’État (DINSIC), créées par le décret du 20 novembre 2017, se substituent au Secrétariat général pour la modernisation de l’action publique (SGMAP).

Les textes
- DINSIC : Décret n° 2017-1584 du 20 novembre 2017 relatif à la direction interministérielle de la transformation publique et à la direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat 
- CITP  : Décret n° 2017-1586 du 20 novembre 2017 relatif au comité interministériel de la transformation publique et au délégué interministériel à la transformation publique 
- AP 2022 : Programme Action publique 2022 - Circulaire du Premier ministre, 26 septembre 2017
- LPFP : Loi du 22 janvier 2018 de programmation des finances publiques pour les années 2018 à 2022

Projet de loi « Pour un Etat au service d’une société de confiance » : toujours inacceptable !

Accéder au communiqué CGT Fonction Publique publié sur le site


Articles publiés dans cette rubrique

mercredi 12 septembre 2018
par  com

Réorganisation des services de l’État en Occitanie : la CGT condamne et agit contre ces pseudos réformes !

Ci-joint le compte-rendu de la réunion du 3 septembre 2018 : Préfet de région / Organisations syndicales, sur la présentation de la mise en oeuvre régionale des circulaires sur l’organisation territoriale des services publics et sur la déconcentration des administrations centrales.

mardi 11 septembre 2018
par  com

Réorganisation des services de l’État dans le Grand-Est : une concertation factice pour une réforme destructrice !

Ci-joint le compte-rendu de la réunion convoquée le 5 septembre 2018 par le Préfet de la région Grand Est.

mardi 11 septembre 2018
par  com

Réorganisation des services de l’État dans le Pays de la Loire : la CGT propose une autre vision de la réforme de l’État

Vous trouverez ci-joint la déclaration liminaire de la CGT à la réunion en Préfecture sur l’organisation territoriale des services publics de l’État le 10 septembre 2018.

mardi 11 septembre 2018
par  com

Réorganisation des services de l’État (région Centre) : lettre ouverte à la directrice de la DDT 41

Vous trouverez ci-joint la lettre ouverte adressée à la Direction de la DDT du Loir-et-Cher (41). Les représentants du personnel demandent la consultation pour avis du CT de la DDT sur les propositions formulées par la direction aux préfets, puis sur les propositions des préfets au Premier ministre, ainsi que du CHSCT avec présentation de l’impact sur chaque agent de la direction.

mercredi 5 septembre 2018
par  com

Deux circulaires mortifères : la destruction et la privatisation des services de l’État sont « en marche »

Vous trouverez ci-joint le tract du SNPTAS CGT relatif aux deux circulaires du Premier ministre en date du 24 juillet 2018 qui participent, avec d’autres textes, projets de textes et de modifications constitutionnelles, à une transformation en profondeur d’un modèle de société conduisant droit à un pays sous administré, livré aux intérêts privés, profitant aux plus riches et aux lobbys laissant de côté la grande majorité de sa population en la paupérisant de plus en plus.