Nouvelle alerte du GIEC : lutter contre le réchauffement climatique implique une rupture avec le système capitaliste

vendredi 12 octobre 2018
par  com
popularité : 3%

Vous trouverez ci-joint le communiqué CGT du 11 octobre 2018, publié sur le site de la Confédération.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a rendu publique sa première étude sur les effets d’un réchauffement de 1,5 °C des températures mondiales.

Cette limite que 197 États s’étaient engagés à respecter fin 2015, lors de la COP 21, aura tout de même de graves conséquences sur la planète.
Le nouveau rapport du GIEC fait 400 pages. (C’est le premier rapport du 6ème cycle). Mais un "résumé à l’intention des décideurs politiques" a été publié lundi 8 octobre 2018. Il n’est pas encore traduit en français.
Le rapport complet est disponible en anglais sur le site du Giec. Vous n’en trouverez aucune version française.
Depuis 1988, le GIEC a établi cinq rapports d’évaluation exhaustifs et plusieurs rapports spéciaux. Le GIEC a entamé son sixième cycle d’évaluation, au cours duquel il produira trois rapports spéciaux, un rapport méthodologique et le sixième Rapport d’évaluation.

Par ce rapport, le GIEC montre que les politiques écologiques actuelles sont clairement insuffisantes pour limiter le réchauffement à 1.5 ou à 2 degrés. Il est donc indispensable de sortir du modèle économique actuel fondé sur la croissance.

Pour éviter de dépasser les 1.5 degrés, il faudrait des transitions extrêmement rapides et ambitieuses dans les domaines de l’énergie, des transports, du bâtiment et de l’agriculture. Il s’agit de repenser les modèles actuels énergétiques, urbains, ou agricoles.

Le document a été validé par les États, malgré des tentatives de blocage, notamment de la part de l’Arabie Saoudite.

CONSULTER :
- le communiqué de presse du GIEC du 8 octobre 2018 : « Approbation par les gouvernements du Résumé à l’intention des décideurs relatif au Rapport spécial du GIEC sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 °C »
- l’article de NVO du 8 octobre 2018 : Le Giec appelle à une transition « rapide et de grande portée » pour le climat
- l’article 8 octobre 2018 du publié sur le site de « reporterre » : Climat : « La question des inégalités est fondamentale ; elle est au cœur du rapport du Giec »

Le GIEC appelle à une transition « rapide et de grande portée » pour le climat.

Le rapport indique notamment que les activités humaines ont entraîné une hausse de 1°C du climat par rapport à l’époque pré-industrielle. Si rien ne change, la température moyenne aura augmenté de 1,5°C autour de 2040.
Si nous dépassons les 1,5°C, certains impacts seront "de long terme ou irréversibles", tels la perte de certains écosystèmes.

Le GIEC insiste sur l’énergie - charbon, gas, pétrole étant responsables des trois quarts des émissions. Il propose plusieurs scénarios chiffrés incluant différentes combinaisons d’actions. Tous les secteurs sont appelés à s’atteler à de "profondes réductions d’émissions".

Les scientifiques exposent les nombreux impacts déjà à l’oeuvre. Pour les experts climat de l’ONU constituant le GIEC : le monde devra engager des transformations "rapides" et "sans précédent", s’il veut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C et les risques sont accrus au-delà de ce seuil.

Pour la climatologue Valérie Masson-Delmotte, citée par l’AFP, c’est "un constat lucide et difficile : la politique des petits pas ça ne suffit pas". « Si on n’agit pas maintenant, on va vers un monde où on sera en permanence en gestion de crises ». « Il y a des actions en cours dans le monde, mais il faudrait les accélérer. La vraie question de la faisabilité c’est celle-là : les gens sont-ils prêts à agir, et y aura-t-il assez de volonté politique collective ? »

Pour l’ancien climatologue Jean Jouzel, membre du Giec : la baisse des émissions à laquelle les États se sont engagés n’apparait pas suffisante. À ce stade, la trajectoire se situe « entre 3 °C et 3,5 °C ». À 1,5 °C, les impacts (montée du niveau de la mer, inondations, sécheresses, etc.) seront déjà très importants, en particulier pour les petits pays insulaires et les populations côtières – et bien pire à 2 °C ou au-delà. 

Sara Lickel, chargée des questions de climat au Secours catholique a rappellé que « Des études montrent que 55 millions de personnes échapperont à la faim si on limite le réchauffement à 1,5 °C plutôt qu’à 2 °C ».

"Dans tous les scénarios envisagés par le GIEC pour limiter le réchauffement climatique à 1.5, il y a une inversion de la courbe des émissions de CO2 autour de 2020-2025 et une diminution extrêmement rapide de ces émissions pour parvenir à la neutralité carbone aux alentours de 2060. En gros, nous aurions tout au plus quelques années pour réduire durablement nos émissions de CO2.
Or ce n’est pas vraiment la tendance : depuis 1945 les émissions mondiales n’ont jamais diminué, sauf pendant les crises économiques. Elles ont stagné 3 ans à partir de 2014 avant de repartir à la hausse en 2017.

On est donc assez mal parti pour inverser réellement la tendance. Dans la réalité, si les tendances actuelles se poursuivent, on se dirige plus probablement vers un réchauffement de 3 à 5 degrés. Dans ce scénario, les conséquences pourraient être encore plus dramatiques que ce que ne laisse penser le GIEC dans ce rapport."

(sources : Science et avenir, HuffPost, La Croix, E-RSE, brochure GIEC)

A LIRE ÉGALEMENT (Autres articles publiés dans notre rubrique) :

- le communiqué CGT du 12 décembre 2017 : Politiques publiques pour le climat : des écarts entre les paroles et les actes
- l’analyse du SNPTAS CGT "COP 22 sur le changement climatique"  : Le climat serait une priorité gouvernementale ? Par les mobilisations des organisations syndicales et des citoyens nous devons nous en mêler !!
- "Programmation Pluriannuelle de l’Energie : l’avis de la CGT"
- l’analyse du SNPTAS CGT (COP 21) : « Le climat serait une priorité gouvernementale ? »
- le communiqué du SNPTAS CGT sur la COP 21 : "Déclarons l’état d’urgence climatique".

LE GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

Le GIEC a été créé en 1988 par deux organismes de l’ONU : l’Organisation météorologique mondiale et le Programme des Nations Unies pour l’environnement.
Son rôle : analyser les nombreuses études scientifiques réalisées sur le changement climatique et identifier les résultats les plus significatifs.
Le GIEC n’a pas vocation à effectuer des recherches. Il détermine les éléments sur lesquels la communauté scientifique s’accorde, ceux à propos desquels les opinions divergent et ceux qui nécessitent de plus amples recherches.
Il s’agit d’un partenariat entre scientifiques et décideurs, ce qui en fait une source d’information crédible pour les décideurs.
Les rapports : Les rapports qu’il produit sont au cœur des négociations internationales sur le climat et sont fondamentaux pour alerter les décideurs et la société civile sur l’ampleur du réchauffement climatique, ses conséquences et leur gravité.


Télécharger la Brochure d’information du GIEC sur le 6ème cycle d’évaluation

Trois rapports spéciaux seront aussi produits au cours de ce 6e cycle :
- en octobre 2018, un premier rapport Spécial sur l’impact d’un réchauffement global de 1,5 °C au-dessus des niveaux pré-industriels et sur les trajectoires d’émission de gaz à effet de serre correspondantes. Ce rapport répondra à une demande de la 21e session de la Conférence des Parties (COP 21) à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).
- en septembre 2019, un deuxième rapport spécial sur les liens entre le changement climatique, les océans et la cryosphère.
- en septembre 2019, un troisième rapport spécial sur les liens entre le changement climatique, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire, et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres.


GIEC - Site officiel : IPCC International Panel on Climate Change
Textes officiels en Anglais des rapports d’évaluation du GIEC sur le site IPCC : lien

Partie du site en français : lien


PDF - 73.9 ko
Communiqué GIEC 08/10/2018
PDF - 44.6 ko
Communiqué CGT 11/10/2018
PDF - 46.1 ko
Communiqué CGT 12 décembre 2017
PDF - 1.5 Mo
COP 22 Analyse SNPTAS CGT
PDF - 48.3 ko
COP 21 communiqué SNPTAS CGT
PDF - 1.3 Mo
analyse snptas cop 21

Agenda

<<

2018

 

<<

Octobre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234